Language Selector

French English Spanish
Indian (Hindi) Russian Arabic

LA SANTE NATURELLE

LA MEDECINE NOUS QUESTIONNE

On considère que le microbe représente la maladie et qu’il faut le combattre et si possible l’éliminer. Pour cela, on prend le plus souvent des antibiotiques. Or ces médicaments attaquent bien fréquemment d’autres parties du corps et introduisent une nouvelle maladie. Puis c’est plus grave, en face c’est la nature et les bactéries qui cherchent à éviter, à contourner, à se modifier pour faire face. On nous dit qu’elles résistent.

 

Cette façon de se soigner a été développée par l’industrie pharmaceutique qui recherche le profit. Par exemple, à Madagascar beaucoup de gens me demandent de l’argent pour acheter des médicaments car ils ne peuvent pas.

 

Les humains peuvent se soigner autrement Cette découverte a eu lieu au cours d’une dysenterie et d’une parasitologie.

 

L’origine de la dysenterie. J’ai mangé du cochon mal cuit chez une amie malgache puis j’ai bu des jus naturels avec de l’eau non bouillie sans le savoir. Cette nourriture déclenche une dysenterie extrêmement violente.

 

Un médecin malgache me fait prendre des antibiotiques. Ils ne modifient en rien la dysenterie. Elle reste aussi violente.

 

Un spécialiste malgache des « kankana » me conseille d’en prendre 5 chaque matin. Je les mange crus après avoir nettoyé les petites particules qui sont sur le corps. Je les croque et les avale.

Letroisième jour j’élimine dans un seau hygiénique une masse de bactéries pathogènes, d’un kilo environ. Une masse homogène rose très foncée, presque transparente qui ne s’écoulait pas. Mais elle se déformait. Un deuxième paquet de bactéries fut éliminé dans des toilettes à eau. C’est dommage aucune connaissance.

 

Après ces expulsions, les selles redeviennent progressivement fermes. Le corps redevient normal.

 

Ces exclusions de bactéries pathogènes par les bactériophages m’ontévité de subir des complications toujours possibles. Je ne suis pas médecin mais je constate que cette expulsion est bien plus efficace que la prise d’antibiotique qui ne cible pas avec précision.

Cela nous a conduits plus globalement à nous efforcer de ne pas être malade.

 

Nous avons cultivé des légumes sur des supports d’humus en France.

 

legume legume_1 legume_2

 

Nous avons reçu une reconnaissance nationale, un diplôme délivré par les coordinateurs de l’étude NutriNET-Santé pour service rendu à la communauté scientifique et à la santé publique par une participation active et efficace à l’étude NutriNET Santé depuis le 21/07/2009.

nutrinet

 

 

Monsieur Bernard FONTVIEILLE
Est fait nutrinaute niveau 5 : OR

 

Fait à Paris le 21 juillet 2016
Professeur Serge Hecberg
Coordinateur de l’étude NutriNET Santé
Directeur de l’Unité 557 Inserm/Unité 1125 Inra/Cnam/Université Paris 13
Unité de recherche en épidémiologie Nutritionnelle

 

Mais aussi à Madagascar où les déchets végétaux des habitants transformés en humus par les kankana, permet la renaissance des arbres fruitiers et des légumes qui donnent des fruits.

 

59 60 61

L’analyse chimique des fruits donnera une réponse à la population de Madagascar.

Pour finir, parlons des cafards, jusqu’à ce que je les repère sur la moustiquaire, ils m’ont pris à mon insu, pour cible. Un médecin nous a donné un antiseptique « DAKIN Cooper Antiseptiques » 2 flacons et une crème « Crème LOCOÏD 0, 1% » 3 tubes.

 

L’absence d’efficacité m’a conduit à produire comme le disait la liste de la coopérative Tata de la crème de kankana, que je produisais avec un mortier en pierre. Un ensemble efficace.

 

Les cafards ont aussi introduit dans le corps un parasite qui provoque une anomalie d'une formule sanguine : Polynucléaires éosinophiles. Norme inférieure à 0,800 il indique 2, 970 g/l pour la composition du sang, une anomalie des selles et aussi des troubles de comportement dans les relations humaines.

 

Le médecin de France propose des antibiotiques Flagyl 500 qui n’agissent pas !
C’est le bicarbonate de sodium qui est basique et il fait fuir le parasite qui lui est acide.

 

La composition du sang et le comportement relationnel redeviennent progressivement normal.

 

La médecine de Madagascar et d’autres pays pourra s’enrichir d’une approche, beaucoup moins chère, beaucoup plus cohérente et efficace vis-à-vis du «terrain» comme le disait le savant Antoine Béchamp.

 

LE TRAITEMENT DES EAUX USEES

A Madagascar, dans l’avenir face à la pollution des rues nous avons choisi d’utiliser le système de STATION EAU PROPRE.

Nous avons donc envisagé d'adopter ce système à Madagascar pour résoudre les problèmes de pollution par les eaux usées et l'hygiène.

 

062035

 

Le recyclage vertical peut très bien fonctionner dans cette pièce. Le seul problème c’est le devenir de l’urine nitrate. Il parait difficile de le laisser s’écouler en bas de la maison, dans la rue, à cause des possibles réactions des gens. Je propose d’établir une station eau propre au pied de la maison.

 

L’urine nitrate sortira dans un bassin « eau propre » en pierre hors inondation. Il contient en bas des pouzzolanes qui abritent beaucoup de bactéries .On recouvre les pouzzolanes avec une grille hyperfine pour éviter que l’humus s’écrase. En effet, l’humus se trouve au-dessus. On plante dans cet humus, des phragmites qui ont la particularité d’évaporer beaucoup de molécules pathogènes.

 

Le bassin recevra de l’appartement, l’urine nitrate qui n’a pas d’odeur et n’est pas polluante et les eaux usées. On peut aussi établir un réceptacle pour que les voisins y jettent leurs eaux usées.

 

Voilà un système hors inondation qui permet de ne plus aller déféquer sur la plage et qui établira dans le quartier une ambiance favorable à la vie.

 

 

 

Besoin d'aide ? Contactez-nous.