Language Selector

French English Spanish
Indian (Hindi) Russian Arabic

Bienvenue !

 

Vous ne trouverez pas dans le site une analyse exhaustive ou presque, des lombrics vivant sur notre Terre. Cetravail énorme a été fait par des scientifiques. Le plus connu de ces spécialistes, Marcel Bouché, est de Montpellier.


Vous ne trouverez que des applications pratiques.

 

 

 

Autres langues de MERCI LOMBRICS:

Malgache:Misaotra ny Kankana - Chinois:谢谢蚯蚓 - Espagnol:gracias Earthworm - Russe:спасибо червей - Portuguais:obrigado minhocas - Italien:grazie lombrichi - Grec:σας ευχαριστώ γαιοσκώληκες - Malaisien:terima kasih cacing tanah - Indonésien:terima kasih cacing tanah

 


Une alternative de la nature

L’association des vers du fumier et des bactéries du cycle de l’azote dans l’HUMUS constitue le moyen utilisé par la nature pour recycler en engrais sain, toutes les déjections, y compris les déjections humaines, et ce dans la plus parfaite hygiène.

 

Le Docteur Didier Basset, du CHU de Montpellier, a analysé deux petites quantités d’humus de mes toilettes. Il a conclu qu’il n’y avait rien de pathogène. Pas plus que dans l’eau du robinet.

 

Un article du supplément scientifique du journal « Le Monde du samedi 16 juin 2012 » révèle une vérité fondamentale de la nature.

 

Dans leur tube digestif, les vers du fumier possèdent des bactériophages qui transforment les bactéries pathogènes en phages. Dans ces conditions, l’humus est toujours sain comme de l’eau potable.

 

A priori tous les éléments polluants venant de la nature sont susceptibles d’être éliminés par les bactériophages par exemple la bactérie Vibrio cholerae, disparait dans leur intestin.

 

Des bactéries transforment l’ammoniaque en nitrate.

 

Nous sommes dans le cycle de l’azote. Des bactéries nitrosomonas transforment l’ammoniaque en nitrite puis d’autres bactéries nitrobacter transforment les nitrites en nitrates.

 

L’HUMUS et le nitrate sont des turels exceptionnels et universels.

 

Pour se doter de toilettes HUMUS, il est nécessaire d’obtenir de l’humus partout où l’on se trouve.

 

En effet, Produire de l’humus et des vers du fumier sélectionnés est la base incontournable des toilettes humus 
La première démarche c’est de découvrir dans l’environnement immédiat des traces d’humus prés de la végétation ou des déchets organiques.


La deuxième démarche, c’est d’installer des composts sur un terrain où se trouvent des lombrics avec des déjections animales (à l’exceptions du lapins et du mouton) Par exemple: nous avons installé à Isotry (Tananarive - Madagascar) le contenu de la panse d’un zébus, c’est un matériau très sain qui fermente dés qu’il est mouillé
des déchets végétaux de fruits de légumes et du carton. A isotry, les gens très pauvres acceptent cette façon d’agir.


La troisième démarche, c’est d’introduire dans ces composts des vers du fumier qui se contorcionnent sur la main et sautent .Ce sont des eisenia foetida qu’on trouve dans des latrines abandonnées.


Il est nécessaire de mouiller ces composts pour qu’ils fermentent (ils s’échauffent) et leur matériaux deviennent mangeable par les vers qui n’ont pas de dents.


Attention, les pluies violentes perturbent en profondeur le matériel. Pour l’éviter, on construit des abris.

 

 

Premier Abri pour permettre la fermentation : étagère pour produire de l’humus avec de la panse de zebus. Deuxième abri étagère pour produire de l’humus avec de la bouse et des vers du fumier eisenia foetida.


Le résultat, l’humus et la multplication des vers du fumier,  permettra de faire fonctionner parfaitement les toilettes humus.


On peut quand on a de l’humus se passer de compost. Il suffit de faire un tas d’humus et de l’enrichir avec des déjections. Les vers du fumier viennent. Ils transforment en humus ce matériel puis s’en vont. Il suffit de rajouter des nourritures pour qu’ils reviennent. (Éviter que les chiens fassent leurs besoins sur le tas d’humus).

 
Cette première étape vous aidera à comprendre parfaitement ce processus de recyclage des déjections par la nature.


Vous deviendrez maître de votre environnement au grand plaisir de votre famille. Il est souhaitable que l’environnement du bâtiment soit fleuri pour marquer la différence avec les toilettes actuelles que l’on isole à cause de l’odeur.

 

Vous avez donc de l’humus.  La possession d’humus est un véritable cadeau pour celui qui l’obtient. Ce matériau très léger, très agréable au toucher, ne tache pas les mains et n’attire pas les mouches. Il sent le sous-bois. Il sert dans la vie de tous les jours à éteindre les odeurs, ne se lessive pas et ne se dégrade pas avec le temps.

 

Quittons avec plaisir l'assainissement des matières fécales.

Pour obtenir de l'hygiène et aussi la possibilité de faire pousser des légumes et des fruits, des condiments.

Il faut
- Trouver de l'humus
- Trouver des vers du fumier
- Apprendre à construire des toilettes humus pour une dizaine de personnes ça dépend du nombre de vers du fumier


L'HUMUS
On peut en obtenir à partir:
- Des matières fécales : latrines privées ou toilettes publiques.
- Des déchets végétaux Privé ou public par exemple le tas d'ordures.

 

Pour agir
Il faut trouver des vers du fumier eisenia foetida  zone des latrines. Ne pas hésiter à en ramasser beaucoup. Ils ne sont jamais méchants et n'ont pas de dents.
Trouver des sols propices aux vers du fumier. On entasse les légumes , les déchets de fruits. On arrose pour que les déchets fermentent (deviennent noirs ) et que les vers puissent les transformer en humus .
Trouver des réservoirs de matière fécale publiques ou privés. S'il y a des liquides, le faire sortir pour préserver les vers du fumier (pour éviter les odeurs le faire passer dans de l'humus).


La possession de l'humus va permettre de créer des toilettes toutes simples.
Si vous respectez les données de la nature vous n'aurez ni odeurs ni mouches.
Une surface de 40 à 80 cm de large.
Une longueur très légèrement en pente de 80 cm à 120 cm de long.

 

Un volume de 10 à 15 cm. Mettre 5 cm d'humus sur le sol afin que l'urine s'écoule lentement. Le reste de l'humus contient des vers du fumier.
La pente se termine par une sortie soit dans un réservoir soit dans l'environnement. le liquide est noir. il n'est pas polluant et ne dégage aucune odeur.
Et enfin on ajoute des vers du fumier au moins un millier par personne.

Il y a ensuite 2 aménagements de confort
Un "manatrika varavarana"
De l'humus pour recouvrir votre déjection pour permettre aux vers du fumier de manger sans être à la lumière
Bien sûr si vous avez de l'argent vous pouvez acheter de la bouse et de la panse de zébus Vous obtiendrez aussi de l'humus.


Une précaution vitale
Eviter que la pluie ou autre liquide tombe dans l'humus. Ce matériau se charge en eau devient lourd et les vers du fumier y perdent leur vie. Par exemple dans les toilettes collectives j'ai opté  pour des toilettes en hauteur avec un passage derrière le bâtiment par où passera un responsable. Il se chargera de recouvrir les déjections d'humus, ajouter des vers du fumier ,prélever de l'humus en trop.
Si vous avez compris vous pouvez aussi avec l'humus, établir un urinoir.

 

Bon courage. Toute ma sympathie.

 

Besoin d'aide ? Contactez-nous.